histoire montesson
histoire de montesson

Association

loi 1901

n° 078 3012115

au journal officiel

 

Nos publications

"Accueil" "Montesson en direct"

Les années de guerre  (3ème partie)
1944 - 1945

Avec cet article, l’association «  Mémoire et Histoire de Montesson » achève le rappel, trop bref, des événements de la guerre à Montesson et de ceux dont les noms sont inscrits sur le monument aux morts. Nous n’avons pu citer tous, mais ils sont tous associés à l’hommage que nous leur rendons ici.

17 et 18 Mars 1944 : arrestation de familles juives à La Borde
Alphonse Hertel, 61 ans et Germaine Hertel, 56 ans ; Simon Frank, 43 ans ; Simon Sicsic, 18 ans et ses frères et sœur : Daniel, 15 ans, Michel, 12 ans, Arlette 7 ans et Roger 4 ans. Ils sont conduits à Drancy d’où ils partent le 27 mars dans le convoi n° 70. Ils sont tous déclarés décédés le 1er avril 1944, dès leur arrivée à Auschwitz.
« J’habitais rue Audran, j’ai assisté à l’arrestation des enfants Sicsic. C’était en début d’après midi, les Allemands sont arrivés avec un car vide ; ils sont entrés chez les Sicsic ; puis les gosses sont sortis, ils pleuraient, nous aussi ;  mon père m’a dit,  on n’y peut rien ... les trois petits ont été embarqués : Michel, Arlette et Roger... » Mme Géron.
Les deux frères aînés sont arrêtés le soir ; des voisins les ont vus passer dans une auto de la police française. Trois enfants Sicsic, absents, sont épargnés. Gilbert, qui était allé acheter du pain, est sauvé par Mme Pinchard. Une petite fille de Simon Frank est recueillie par une voisine, Mme Hérin. Les trois filles Hertel se cachent jusqu’à la Libération.
Le 19 mars, le curé baptise la petite Denise Frank, Micheline et Régine Sicsic. Les parrains et marraines, qui n’ont pas craint de prendre des risques, s’appelaient Antoinette Torralba, George Jaumouillé, et Mme Hérin.

Les bombardements de Pentecôte 1944
«Le samedi vers 13 h 30, j’ai vu passer l’escadrille américaine, l’alerte a sonné, ma mère et moi nous sommes précipitées à la cave. Ca n’a pas duré longtemps, la maison a été ébranlée... » Mme Renaudin.
La gare de Sartrouville et ses abords sont touchés, alors qu’un train bondé, c’est  le jour des Courses à Maisons, est à quai. Les raids des 27 et 28 mai font 200 morts, dont 3 Montessonnais et plus de 800 blessés. Le 28, une bombe tombée à La Borde tue une personne.

montesson histoire

Les chars américains (photo M. Bérenger)

« J’ai vu l’arrivée des premiers chars  américains... D’abord on n’a pas osé sortir, puis ça a été l’émotion, tout le monde s’est retrouvé dans la rue ; les Américains nous ont balancé des chewing-gums,  nous, on leur lançait ce qu’on avait, des tomates fraîches... ». F. Denais

La Libération
A l’aube du 14 juillet, les Allemands étant encore présents, les jeunes de La Borde érigent un mât et montent les couleurs ; toute la journée le drapeau est fleuri. Le soir, 300 personnes défilent en ville, en chantant la Marseillaise.
Du 10 au 25 août les FFI participent à des coups de main contre les troupes en retraite. Le 25 août, Henri Richaume, 15 ans, est l’un des 27 FFI martyrs exécutés par les Allemands à Chatou. D’autres se battent encore à Herblay alors que les premiers tanks américains entrent à Montesson.

Septembre 44 - Mai 45
Une trentaine de FFI s’engage avec le Lieutenant JP Prigent dans le Bataillon Marianne, qui combat avec l’armée de De Lattre de Tassigny en Alsace.
Pour les familles de ceux qui sont encore en Allemagne, STO, prisonniers ou déportés, l’attente continue.
Parmi ceux qui ne reviendront pas : Pierre Duboucis, 32 ans et Jean Mercier, 21 ans, requis du STO, condamnés pour avoir participé à un réseau d’évasion de prisonniers de guerre ; Roland Gauthier, 47 ans, mort à Mauthausen ; Jean Claude Bézanier.

montesson histoire

Jean Claude Bézanier (photo famille)

Un étudiant brillant, sportif, passionné de jazz...  
Agent de renseignement à l’émetteur radio de Rennes. Déporté en juin 43 à Buchenwald où il choisit de continuer à  militer dans un réseau clandestin de sabotage. Transféré  à Dora, puis évacué vers Bergen-Belsen, il meurt du typhus le 23 mai 1945, à 21 ans.

 

 

Bienvenue sur notre site

 

 

Haut de page

Copyright 2012, Mémoire et Histoire de Montesson

création Patrick Mallet